10 choses que je n’achète plus

10 choses que je n’achète plus

Aujourd’hui je voudrais te parler de ces 10 choses que je n’achète plus désormais, et qui pourtant faisaient partie intégrante de ma vie il y a encore quelques années.

1. Vêtements provenant de la fast fashion

Illustration Fast fashion

C’est probablement le plus gros changement que j’ai opéré ces dernières années. J’ai commencé à prendre conscience que l’industrie de la mode a un impact négatif colossal à la fois sur la planète et sur ses travailleurs. Elle représente à elle seule environ 10% des émissions mondiales de carbone. C’est plus que les émissions issues des vols et de la navigation maritime. Et ce chiffre ne cesse de grimper. Selon un rapport de l’Agence européenne pour l’Environnement publié en 2014, 100 milliards de vêtements ont été consommés cette année dans le monde.

Ce qui me posait également problème c’est bien évidemment les conditions de travail dans lesquelles les vêtements sont fabriqués. Je ne voulais simplement plus participer à l’exploitation des travailleurs par les grands industriels. Il n’est tout simplement pas normal de pouvoir acheter un tee-shirt à 6€ ou un maillot à 10€. Si nous payons un prix si peu élevé, cela signifie que quelqu’un d’autre en paye les conséquences. La plupart du temps il s’agit des travailleurs dans les usines qui vivent largement en dessous du seuil de pauvreté du fait d’un salaire très bas.

Mes solutions pour ne plus acheter de vêtements provenant de la fast fashion ?

  • Apprécier les vêtements que j’ai déjà
  • Echanger mes vêtements dans des trocs ou avec des copines
  • Acheter en seconde main
  • Acheter des vêtements neufs de marques éthiques et eco responsables (grâce à la plateforme Wedressfair)

2. Cosmétiques

Avant, je collectionnais toutes sortes de crèmes pour le corps, le visage, soin pour les cheveux, etc. Mes tiroirs débordaient de ces produits cosmétiques. Pourtant, je n’utilisais même pas la moitié de ceux-ci. Puis j’ai commencé à m’intéresser à la composition de ces cosmétiques. Après tout, j’imprégnais ma peau tous les jours avec, il fallait quand même que je sache ce que je me mettais sur le corps et le visage. Là j’ai découvert la face caché de ces produits cosmétiques : les parabènes qui contiennent des perturbateurs endocriniens, les phtalates, les allergènes, l’aluminium, et tous ces conservateurs cancérigènes.

Il y a également d’autres problématiques liées aux produits de beauté. Les tests sur les animaux par exemple. Ces tests sont officiellement interdit en Europe, mais ils sont toujours une pratique courante dans le reste du monde malheureusement.

Voici les changements que j’ai opérés :

  • Pour le corps : j’utilise désormais de l’huile végétale de coco ou du beurre de karité.
  • Pour nettoyer le visage : il s’agit d’un des rares produits cosmétiques que j’achète encore. J’utilise en ce moment la mousse nettoyante de la marque Avril.
  • Pour hydrater le visage : je ne jure plus que par l’huile de jojoba ! Elle nourrit et hydrate la peau tout en régulant le sébum des peaux grasses. J’utilise de temps en temps de l’huile de ricin.
  • Pour l’acné : l’huile essentielle de tea tree est un indispensable selon moi pour lutter naturellement contre l’acné. Elle a également de (très) nombreux autres bienfaits.
  • Pour nourrir mes cheveux : j’applique un masque à l’huile de coco sur mes cheveux avant d’aller dormir. Le lendemain matin je lave bien mes cheveux. Je fais ce soin environ 2 fois par mois.

3. Viandes, poissons & produits laitiers

Etant végétarienne depuis des années (pour les animaux, la planète et ma santé), je n’achète pas de viandes ni de poissons. Il existe de nombreuses alternatives aujourd’hui aux produits animaux et c’est de plus en plus facile de se diriger vers une alimentation majoritairement végétale.

N’hésite pas à découvrir toutes mes recettes végétariennes ici.

4. Gel douche et shampoing en bouteille

Je n’utilise plus que des savons et shampoings solides. Quand je vois le nombre de bouteilles en plastique que j’épargne à l’environnement grâce à ce petit changement, je ne regrette en aucun cas !
En plus, les savons et shampoing solides durent beaucoup plus longtemps et sont moins chers. Je fais donc des économies tout en préservant la nature.

5. Emballages plastiques inutiles

Pour rester dans le thème de plastique, je n’achète pratiquement plus de produits emballés dans des emballages plastiques. Ce changement ne s’est pas opéré en une journée. J’ai commencé par ne plus acheter de bouteilles en plastique et j’ai utilisé des gourdes à la place. Ensuite, j’ai remplacé les sacs jetables par des sacs réutilisables pour acheter mes fruits et légumes. Ce sont probablement les deux habitudes les plus faciles à adopter en terme de déchet de plastiques et qui auront le plus d’impact.

Sac en tissu réutilisable

Mais il existe de nombreuses autres façons de diminuer ses déchets. Par exemple consommer moins de produits préparés et cuisiner la place de délicieux repas à partir de produits bruts. Acheter en vrac (il est même possible d’acheter en vrac du fromages, des olives, du tofu, du sirop d’érable, du chocolat, etc.). Remplacer des films plastiques alimentaires par des tupperware ou bocaux. Boycotter la vaisselle jetable. Etc.

6. Produits ménagers

Je n’achète plus de produits ménagers car je les prépare moi-même avec quelques ingrédients seulement. Je préfère en effet me diriger vers une alternative plus naturelle et j’évite ainsi les composantes ultra chimiques et douteux qui sont présents dans les produits vendus par les grandes marques.

Il existe de nombreux articles ou vidéos en ligne pour apprendre à faire ses produits maison. Je te conseille la chaine Les bonheurs de Camille qui nous montre ici comment préparer sa lessive, son liquide vaisselle ou encore ses pastilles lave-vaisselle.
Mais pas de panique ! Si tu penses que tu n’auras jamais le temps de les faire toi-même, la plupart des magasins bio vendent des produits ménagers naturels.

7. Articles en promotion

Toi aussi tu t’es déjà dit que tu avais fait une belle affaire car « ce pull était à -30% », ou encore « c’était 1 + 1 gratuit » ? Je te rassure, on est tous déjà tombé dans le piège. Les promotions nous poussent à acheter des produits que nous n’aurions pas acheté en temps normal, et dont nous n’avons pas vraiment besoin. Pour avoir moins de tentations, je me suis désabonnée de toutes les newsletter à caractère commercial, et j’ai posé un autocollant « No Pub » sur ma boite aux lettres. Et voilà !

8. Cotons démaquillants

Cela fait bien 3 ans maintenant que je n’ai pas acheté un seul coton démaquillant … et quelle économie j’ai faite ! Sans parler des déchets. J’utilisais en moyenne 2 cotons par jour. 60 par mois. 720 par an. Cela représente 2160 en trois ans.
Il est tellement simple de s’en passer que je ne n’imagine pas une seconde en acheter à nouveau. J’utilise depuis un an des gants démaquillant en fibre naturelle qui ne requiert même pas de produits démaquillants. Je les mouille simplement à l’eau tiède et frotte mes yeux et mon visage. Avant cela, j’utilisais des cotons lavables que j’imprégnais d’huile de coco.

9. Vêtements pour des occasions spéciales

Fini le temps où j’achetais une robe ou une tenue de soirée pour une occasion particulière, pour ensuite la laisser au fond de mon armoire pendant des années et la ressortir (peut-être) une fois. Maintenant, lorsque j’ai besoin d’une robe pour un drink ou un mariage, je me rends dans un magasin de location spécialisé dans les tenues de soirée. Mon préféré est Coucou Shop à Bruxelles. Ils ont un choix énorme de robes et combinaisons, chaussures, sacs et autres accessoires, une vraie pépite ce magasin !
Grâce à la location de tenues de soirées, j’économise (beaucoup) et j’allège ma garde robe.

10. Souvenirs

Que celui/celle qui n’a jamais ramené un souvenir de vacances lève la main! Que ce soit pour décorer son intérieur ou pour offrir à un membre de sa famille, on a déjà tous acheté une petite figurine représentant une attraction touristique (hello Tour de Pise, Colisée, Tour Eiffel, London Bridge, etc.), un porte clé ou un magnet hyper kitsch à accrocher sur son frigo.
Et pourtant, même si ces souvenirs partent d’une bonne intention, ils finissent souvent au fond d’une boite ou d’un tiroir.

Pour garder un souvenir mémorable de mes voyages, je prend des photos tout simplement. Et je passe toujours un moment agréable à les trier quelques semaine après mon voyage car ça me permet de me replonger dedans et de me rappeler de bons souvenirs. Je sélectionne quelques photos pour mon album ou pour les encadrer. Cela me procure beaucoup plus de plaisir qu’un simple gadget.
Et si je souhaite faire plaisir à un proche, je vais plutôt lui envoyer une carte postal avec un mot personnalisé.

De manière générale, les meilleurs souvenir sont ceux qu’on garde en tête ! Je vais donc avant tout profiter du moment présent.

Voilà, tu as maintenant la liste des 10 choses que je n’achète plus désormais ! Et toi, qu’est-ce que tu as laissé tombé récemment ou durant les dernières années ? Partage-nous ton expérience en commentaire.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *